Rebouteux

Qu’est-ce qu’un Rebouteux ?

Le dictionnaire corrige d’emblée certains malentendus par cette définition :
Le rebouteux ou rhabilleur est un personnage bien connu dans nos campagnes pour son habileté à remettre en place les nerfs « froissés » et les tendons « qui sautent », à dénouer les muscles, soigner les « foulures » et les articulations démises. Il remet:
  • Entorse (poignet, cheville, genoux, pied)
  • Tendinite – Lombalgie
  • Nerfs sciatique et crural, hanches
  • Spécialiste de l’Atlas
  • Névralgie cervico-brachiale (cou, dos, épaule, coiffe, bras)
  • douleurs (clavicule, sternum, côtes, aisselles), etc…
2 – Les nerfs a- Structure d’un nerf:Tout comme chaque thérapeute a ses façons de faire, chaque rebouteux développe ses propres tournemains. Le rebouteux commun remet les muscles et les nerfs, et manipule de façon efficace. Aujourd’hui, le rebouteux n’est plus la brute d’autrefois. L’écoute du patient prend une part importante, ce qui permet au-delà des manipulations, de donner des conseils d’hygiène de vie, d’associer des traitements par des produits naturels…
Grâce à un développement extrême de son sens du toucher, à un savoir-faire éprouvé et aujourd’hui à une parfaite connaissance de l’anatomie, les rebouteux peuvent soigner efficacement toutes sortes de maux.
L’excellence du rebouteux réside davantage dans son abord profond des tissus mous (muscles, tendons, ligaments, nerfs).

corps

Aussi, et contrairement à ce que l’on imagine souvent, le rebouteux n’est que rarement un adepte de “cracking”. Ses manipulations articulaires sont efficaces et non grossières. Cependant, j’utilise avec succès et simplicité bien des manipulations rebouteuses là où de nombreux ostéopathes ont échoués. La combinaison des deux apporte plus de sécurité pour le patient et plus d’efficacité.
Plusieurs cas reviennent souvent lors de mes soins.
  • 1er cas les douleurs cervico-brachiale:

Cou1    plexus nerveux brachial

omoplate

  • 2ème cas problème de dos :

10-juin1-fr1

  • 3ème cas: qui revient également souvent est le nerf sciatique et crural. Lorsque je remets la sciatique qui part de la L5,  je fais également le nerf crural qui lui part de la L4 L3, L2, L1. Le nerf sciatique part dans la région postérieure en allant sur l’extérieur et le crural lui par sur la région avant et sur l’intérieur de la jambe en allant jusqu’au pied.

sciatique

nerf crural

 

 

 

 

 

 

Les nerfs sciatique et crural sont souvent liés avec les nerfs de la hanche ici dessinés en vert (vue dessus).
  • Ensuite nous trouvons souvent des entorses, surtout des chevilles.
entorse cheville
  • Et souvent cela peut venir d’une vertèbre légèrement décalée.

colonne vertebrale

Il faut savoir que les vertèbres bougent horizontalement et la 1ère vertèbre appelée Atlas bougent dans le sens vertical. C’est celle qui maintien la tête.

Atlas

  • Nous avons aussi les problèmes de migraines, beaucoup de nerfs passent dans la tête :

head-neck-anterior-view-organs.jpg    tête1

 

 

 

 

Et tant d’autre nerfs qui se déplacent et vous gêne au quotidien.
Le rebouteux sait s’adapter partout où il se trouve !
Il sait tout remettre en place ! Lorsqu’il y a un disfonctionnement à un endroit, c’est-à-dire une douleur bien précise souvent le problème ne vient pas forcément de là ou est cette douleur. Elle peut venir plus en amont ou en aval.
Les gestes caractéristiques du rebouteux sont :
– le massage musculaire profond
– le ponçage des nœuds musculaires et la friction de points ligamentaires ou névralgiques
– les dé grippages et les débroussaillages articulaires efficaces
– la réduction des luxations fraîches, voire des fractures simples
Le rebouteux est donc avant tout quelqu’un qui soigne par une action physique.
Est-ce un don ?:  Oui et non !
Chacun a des potentiels à développer, comme l’exprime si bien la Bible :
« Chacun a reçu de Dieu un don particulier pour qu’il le mette au service des autres. »
Je dirais que c’est un art !
C’est comme la peinture : quelques-uns sont nés avec, et possèdent une facilité déconcertante ; d’autres ont un fort potentiel, mais doivent travailler pour atteindre l’excellence ; d’autres encore, sans prédisposition particulière mais consciencieux, s’appliqueront et deviendront avec un bon professeur de bons praticiens; enfin certains s’acharnent dans des voies qui ne sont pas les leurs, et resteront moyens ou même médiocres.
A mes yeux, le plus triste est de laisser ses dons en friche, de ne pas savoir les reconnaître, de ne pas oser s’essayer, ou d’avoir un beau potentiel sans trouver le maître qui puisse le catalyser, mettre la personne en selle et lui épargner des années de stagnation.
Développer notre don est notre responsabilité.
S’en servir est source d’épanouissement et de plaisir
Une façon aisée d’aimer et de servir notre prochain.
N’oublions pas que ces fameux dons se sont transmis de père en fils, de grand-mère à petite-fille. Et comment donc, par l’opération du Saint-Esprit ?! Dieu est certainement à la source des dons parfaits, distribuant potentiels et prédispositions, mais le travail est nécessaire.  L’apprentissage, par des années d’observation des tournemains, de partage des trucs et astuces et des recettes de famille, a été et reste encore l’élément clé dans la transmission des « dons ».
De nos jours, étiopathes et ostéopathes en ont récupéré quelques techniques, mais une grande partie de l’art rebouteux tombe dans l’oubli.

 

Publicités